Wild Horses: La Terre des Chevaux Sauvages.
Bonjour à vous!
Bienvenue sur le forum "Wild Horses, la Terre des Chevaux Sauvages", un JDR équin où vous pourrez incarner un ou plusieurs chevaux sauvages au sein de différents Clans, mais aussi des animaux de toute autre espèce, avec un maximum de 10 personnages par compte.

Si vous êtes inscrit, vous pouvez bien sûr vous connecter. Si vous ne l'êtes pas, n'hésitez pas à vous inscrire, nous serons heureux que vous nous rejoigniez!

En ce moment sur Wild Horses : le Grand Exil. Ferez-vous partie des intrépides voyageurs ?

Wild Horses: La Terre des Chevaux Sauvages.


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 SpitFire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Black Hole
Cauchemar de la NASA
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1650
Age : 21
Nom : Marion
Clan : Shikaku | Glace | Crépuscule
Date d'inscription : 27/10/2010

Fiche Personnages
Points d'expérience:
290/400  (290/400)
Boutique et cadeaux:
Particularités de vos persos:

MessageSujet: SpitFire   Lun 3 Sep - 11:27

Nom : SpitFire
Age : Sur l'océan des âges, juste après le premier grillage
Sexe : Entier [♂]
Clan : Aucun pour le moment, il se décidera par la suite

«je suis le fruit de leur volonté»

D’où je viens où je vais? Je n’ai assurément pas la même histoire que la vôtre. Mes parents ne se sont pas rencontrés dans un merveilleux monde où chacun avait le choix de vivre libre. Non, cela fait depuis bien des années que je ne crois plus à ce compte de fée. Ma mère était une simple jument, fille d’un étalon qui, l’espace d’une saison, avait eu quelques bons résultats sur des terrains de concours. Un engouement était né pour lui, et il put s’offrir le luxe d’engendrer une nombreuse descendance, dont ma mère. Mon père, lui, était un étalon militaire qui devait être mis à la retraite. Son cavalier était devenu son propriétaire, dans un bon geste de l’Etat. Sachant qu’il serait bientôt aux arrêts, ce même propriétaire décida un jour, de bon matin, de faire saillir une jument. Le choix fut vite fait, et bientôt, Bleue de l’Enfer du Clos fut entravée, pour que Sniper d’Elle puisse la saillir sans avoir peur de se blesser. Je naquis quelques temps plus tard, et fus baptisé Spitfire. Mon père mourut alors que je n’avais que quelques mois, et je fus envoyé en Allemagne pour y recevoir un dressage de base. Je ne me souviens que peu de ces années, juste de mes amis et de ma mère, que je ne devais jamais revoir. Mes trois ans marquèrent mon retour en France, second déracinement qui me mènerait à oublier mon identité propre, ce qui, d’un côté, valait mieux, puisque j’étais destiné à être noyé dans la masse. Cette année-là, mon propriétaire décéda, et revint à sa femme ma propriété. Son mari avait été un militaire, tout comme mon père, et comme je me dirigeai vers mes trois ans, elle décida tout bonnement de me donner à l’Etat, qui fut heureux de me garder. La vieille femme passait de temps à autres, m’offrant une ou deux carottes doublées de longues caresses. Elle assistait quelques fois à mes séances d’entraînement, mais plus je progressais, et moins j’étais capable de discerner son visage et son parfum dans la foule qui grossissaient. Noyé dans la masse des autres, comme je l’ai dit. J’étais un alezan cuivré, et j’étais donc conforme aux robes exigées, ce qui valait mieux pour moi.

«ils me voulaient petit soldat de plomb, mais ils se sont butés à mon orgueil»

Ainsi, je grandissais. Chaque année était semblable à la précédente, à la seule différence que les obstacles étaient plus hauts, les figures plus complexes, et les heures plus longues. Beaucoup de mes amis avaient été brisés, alors que leur fierté avait été mise à rude épreuve. Il était inconcevable de résister aux ordres, et tant pis s’ils devaient nous déchirer la peau par le biais de leurs éperons pour se faire obéir. J’eu de la chance de tomber sur un jeune militaire, qui avait opté pour cet emploi plus par amour des bêtes que par vocation militaire. Si je lui obéissais, j’étais tout de même une forte tête, avec tout ce qu’il fallait d’orgueil et de fierté pour être appelé étalon. J’étais fier de mon sang et je savais que je fournissais du bon travail. Si mon cavalier devait respecter ses supérieurs, alors, ils me devaient le respect car je travaillais dur pour être bon. Un jour, sans prévenir, je fus changé de cavalier. Mon ancien écuyer passait me voir de temps à autre, alors que j’avais déjà oublié la vieille femme. Il restait des heures dans mon box, à me parler et me brosser. Je commençais à l’apprécier, même si je savais que je l’avais définitivement perdu: il ne m’avait pas brisé. Combien de camarades avaient aujourd’hui le regard terne et usé, vide de cette étincelle de Vie? Ils étaient trop nombreux, et chaque fois qu’un d’eux baissait la tête, les autres étaient découragés. Je résistais, seul, devant tous en faisant la bête furieuse sous les yeux rageurs des supérieurs. Ils ne parvenaient à me plier, et une fois de plus, je changeais de cavalier. Une brute épaisse, sans cœur et sans honneur, qui ne jurait que par la cravache et les éperons. Quand j’entrais dans le manège, les autres équidés me regardaient avec des regards implorants, des regards emplis de peine aussi, car ils croyaient que je n’en avais plus pour longtemps. Cette année, je cru devenir fou. Chaque faux pas, même minime, me valait de sévères réprimandes, et ma peau fut mise à rude épreuve. Aujourd’hui, mon corps constellé de cicatrices en est la preuve tout comme le souvenir. Mais il avait beau s’énerver de tout son être contre moi, je résistais, me relevant toujours, ruant à chaque coup. Mais je ne suis pas non plus un de ces héros qui met son cavalier à terre et qui est adulé par tout l’écurie, couvert de lauriers par les autorités supérieures. Non, je ne suis pas un héros. Les souffrances furent dures et éprouvantes, et je décidais d’obéir. Je n’obéissais pas bêtement, et mon regard ne s’était pas éteint. J’attendais le bon moment. Ma brute épaisse était sûre de m’avoir enlevé ce qui faisait que j’étais unique, mon caractère. Il croyait qu’il avait fait de moi un fantôme, il se trompait.

«je ne croyais plus en eux, et me dire que je dois mon salut à l’un des leurs m’effraie et me séduit»

Les années passèrent, et je m’efforçais d’être obéissant, de me plier aux volontés fantasques de mon écuyer. Chaque jour, s’il ne m’apportait plus mon lot de souffrances, m’apportait une force nouvelle, un désir de vengeance qui ne cessait d’être alimenté, à chaque coup d’éperons. J’étais dégoûté de ce système, alors que mon jeune écuyer était devenu un bel homme. Il continuait de venir me voir, mais il s’attardait moins avec moi, attendu tous les mois par une jeune femme différente. Il était devenu séduisant, et j’avais toujours su qu’il n’était pas fait pour l’armée. Le destin décida de me l’arracher, lui qui était ma seule issue, mon seul échappatoire, ma seule porte vers le bien être. Il mourut en service, enterré avec les honneurs. Paix à son âme. Cette année fut une des plus dures. J’avais mal de cette perte, et je ne voyais plus à quoi bon nourrir mon espoir de vengeance. Je devins amer et acerbe, et plus personne ne voulait avoir affaire à moi. Tout se jouait entre la brute et l’étalon que j’étais devenu. Parfois, la nuit, je cherchais en moi la force de rebondir et de repartir, la force de dire non. Ils m’en donnèrent eux-mêmes l’occasion. Ils sortaient en représentation, et ils me prirent avec eux, puisque j’étais plutôt bon et, surtout, soumis. Là, vous vous attendez sans doute à ce qu’en plein milieu de la reprise, devant les gradins noirs de monde, je m’arrête en tapant du pied, avant de me lancer dans un rodéo endiablé jusqu’à ce que mon cavalier chute…? Non, je ne suis pas un animal sur qui la gloire a jeté son dévolu. Je ne suis pas né de la race des rois ni de celles des champions, et rien de divin ne s’est penché sur moi le jour de ma naissance. Pourtant, je devais m’opposer à cette force qui nous oppressait, mes camarades et moi. C’était la veille de la représentation, nous récapitulions le parcours. Carrousel à obstacles, tout était réglé à la seconde près. Je n’ai pas fait le premier écart. J’ai profité de celui de mon voisin pour m’arracher de ces chaînes. Je croyais que je n’en trouverai pas la force, mais en voyant le pauvre animal se faire cravacher, je n’ai pu m’empêcher de sortir des rangs. Etait-ce une bataille, ou ne lui ai-je tout simplement pas laissé le choix? Tout le monde peut parler, mais les êtres censés savent qu’un cavalier n’a aucune chance face à sa monture si cette dernière émet une volonté indissoluble. Cette nuit-là, je cru que je signais mon arrêt à perpétuité. Nous ne les avions pas vu, et je n’y avais de toute façon pas fait attention, mais dans les tribunes se tenait une dizaine d’hommes. L’un d’eux s’était levé, et les autres avaient tourné sur lui des regards brillants et interrogateurs. Le sourire qui se peignait sur son visage était indéfinissable, et si j’oubliais tout, cette certitude hurlait en moi avec force: nous nous étions trouvés.

«il me mena vers le respect, tout en mettant à profit mon orgueil. D’un geste divin, il m’autorisa à revivre, rallumant la flamme qui s’était éteinte»

Il connaissait les chevaux, et malgré le fait que je n’étais plus vraiment une monture de choix, il me mit sous sa selle, sous sa monte. Les premiers jours me causèrent troubles et incompréhensions. Il me demandait un exercice, me poussant ensuite vers la faute, volontairement. Je me dérobais à son contrôle plusieurs fois, tremblant de peur de casser le mouvement. Au moins, la faute serait flagrante. Mais il ne me blâmait pas, il me faisait simplement recommencer, dans des gestes plus doux et caressants encore. Ces années là me donnèrent un nouveau souffle, et j’appris que l’armée n’étais pas ces images de violences et de peines. L’armée avait un nouveau visage, tout comme les hommes qui faisaient son renom et son honneur. Désormais, l’armée était belle et précieuse, et c’était avec toute ma fierté d’étalon que j’évoluais sous le Maître du Manège Principal. Il apprit à m’aimer comme j’appris à l’aimer, et nous devînmes inséparables. Je ne connaissais plus que lui, sa voix, son odeur et sa monte. Nous sortîmes en concours et raflèrent des prix, alors que je lisais désormais du respect dans les yeux de mes cavaliers brutaux d’antan. Mon écuyer disait de moi que j’étais un exemple de ce qui pouvait être fier et droit. Mais avec lui, je n’étais pas fier, j’étais heureux. L’orgueil qui se manifestait en ma personne alors que j’étais sous sa selle était destiné au monde entier qui nous épiait jalousement, mais jamais il n’était tendu vers lui.

«mais tout l’amour du monde ne suffit pas, il ne sauve de rien et ne préserve d’aucune souffrance. Et devant la douleur et les blessures, nous sommes seuls. Ne pars pas, ne pars plus, ne franchit pas cette porte alors que tu ne t’es pas retourné vers moi»

Ce soir là était différent. Notre journée s’était bien déroulée, et mon écuyer avait manifesté une joie et un entrain presque surnaturels. J’avais compris, pourtant, l’événement qui s’était produit. Il avait pu m’acquérir, et je n’étais plus une propriété de l’Etat, même si je devais encore le servir. Pourtant, quand l’heure de se dire à demain arriva, Matthew était différent. C’était une sensation étrange et désagréable, mais je ne pouvais rien dire, rien faire qui puisse lui manifester mes craintes. Il me caressa distraitement, et fit demi-tour, passant le pas de la porte sans se retourner, ce qu’il faisait TOUJOURS. Pas un jour il n’avait failli à cette coutume, et ce soir, il semblait avoir oublié. Avoir oublié ce que je lui devais, avoir oublié ce que nous étions désormais l’un pour l’autre. Il ne revint jamais, et j’héritais d’une jeune femme abandonnée qui ne cessait de pleurer, et qui devait prendre une décision quant à moi. Matt disait vouloir le voir libre. Il disait que rien ne serait meilleur pour lui que la liberté, et que même s’il était né en captivité, il s’en sortirait. Il avait foi en lui, et il aurait aimé se dire qu’il se déplaçait aujourd’hui au gré du vent. De plus, je ne peux plus le voir, je le hais, comme tout ce qui me rappelle Matt. Je la haïssais aussi. Je la haïssais de savoir qu’elle avait été avec mon écuyer, me le volant toutes les nuits, se posant comme un obstacle en travers de notre relation. Cette année marqua celle de mon départ, et je déployais mes ailes sans même me retourner sur le pas de la porte. Je devais le rattraper, car je savais qu’il n’était pas mort.

«rien n’est jamais acquis, et seule la vieillesse peut prétendre nous apporter la sagesse. J’ai été sauvé par les mains de ceux qui m’ont brisé, et aujourd’hui j’ai les ailes transpercées, mais quelqu’un m’oblige à voler»


Autre chose? ( particularités, etc ) : son corps est régulièrement douloureux, de plus, il a un oeil bleu.

_________________


Spoiler:
 


Dernière édition par Black Hole le Mar 4 Sep - 11:50, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lusitania
Disciple de la Clinche.
avatar

Féminin
Nombre de messages : 906
Age : 21
Nom : Camille.
Clan : Soleil/Ombre/Solo'/Glace
Date d'inscription : 22/01/2011

Fiche Personnages
Points d'expérience:
87/200  (87/200)
Boutique et cadeaux:
Particularités de vos persos:

MessageSujet: Re: SpitFire   Mar 4 Sep - 9:18

*-*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elixir
    Grand guerrier

Grand guerrier
avatar

Féminin
Nombre de messages : 577
Age : 22
Clan : Solitaires / Ashkaa: Crépuscule
Date d'inscription : 17/12/2010

Fiche Personnages
Points d'expérience:
35/200  (35/200)
Boutique et cadeaux:
Particularités de vos persos:

MessageSujet: Re: SpitFire   Jeu 6 Sep - 13:01

:O *-*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Black Hole
Cauchemar de la NASA
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1650
Age : 21
Nom : Marion
Clan : Shikaku | Glace | Crépuscule
Date d'inscription : 27/10/2010

Fiche Personnages
Points d'expérience:
290/400  (290/400)
Boutique et cadeaux:
Particularités de vos persos:

MessageSujet: Re: SpitFire   Sam 8 Sep - 0:28


_________________


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dream Catcher
    Grand guerrier

Grand guerrier
avatar

Féminin
Nombre de messages : 590
Age : 19
Nom : Cirius! ^^ (moi c'est Nina!)
Clan : Soleil (Cirius) Crépuscule (D.C)
Date d'inscription : 02/07/2011

Fiche Personnages
Points d'expérience:
24/200  (24/200)
Boutique et cadeaux:
Particularités de vos persos:

MessageSujet: Re: SpitFire   Sam 8 Sep - 2:48

*o* (pour être originale)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://montages-chevaux.skyrock.com/
Black Hole
Cauchemar de la NASA
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1650
Age : 21
Nom : Marion
Clan : Shikaku | Glace | Crépuscule
Date d'inscription : 27/10/2010

Fiche Personnages
Points d'expérience:
290/400  (290/400)
Boutique et cadeaux:
Particularités de vos persos:

MessageSujet: Re: SpitFire   Dim 9 Sep - 9:35

MDR, merci Dream'Ca' ♥

_________________


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lune Noire
Modette Lunette de Soleil
Cobaye des admines
avatar

Féminin
Nombre de messages : 561
Age : 20
Nom : Laure
Clan : Soleil & Crépuscule.
Date d'inscription : 30/12/2009

Fiche Personnages
Points d'expérience:
55/200  (55/200)
Boutique et cadeaux:
Particularités de vos persos:

MessageSujet: Re: SpitFire   Dim 23 Sep - 4:35

Magnifique ma soeurette, comme toujours! ♥

_________________
Come and take a walk on the wild side Let me kiss you hard in the pouring rain You like it goes insane Choose your last words This is the last time Cause you and I, we were born to die.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Black Hole
Cauchemar de la NASA
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1650
Age : 21
Nom : Marion
Clan : Shikaku | Glace | Crépuscule
Date d'inscription : 27/10/2010

Fiche Personnages
Points d'expérience:
290/400  (290/400)
Boutique et cadeaux:
Particularités de vos persos:

MessageSujet: Re: SpitFire   Lun 24 Sep - 0:28

Merci ^^

PERSO SUPPRIME

_________________


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: SpitFire   

Revenir en haut Aller en bas
 
SpitFire
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Spitfire or not Spitfire
» Détente aux sources chaudes ! [ Shiro Spitfire & Akira Genji & Céleste Branford ]
» Diaporama: FSX RealAir Supermarine Spitfire MkXIV Contra-Prop RAF.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Wild Horses: La Terre des Chevaux Sauvages. :: Avant de commencer :: Espace personnages :: Présentations acceptées-
Sauter vers: