Wild Horses: La Terre des Chevaux Sauvages.
Bonjour à vous!
Bienvenue sur le forum "Wild Horses, la Terre des Chevaux Sauvages", un JDR équin où vous pourrez incarner un ou plusieurs chevaux sauvages au sein de différents Clans, mais aussi des animaux de toute autre espèce, avec un maximum de 10 personnages par compte.

Si vous êtes inscrit, vous pouvez bien sûr vous connecter. Si vous ne l'êtes pas, n'hésitez pas à vous inscrire, nous serons heureux que vous nous rejoigniez!

En ce moment sur Wild Horses : le Grand Exil. Ferez-vous partie des intrépides voyageurs ?

Wild Horses: La Terre des Chevaux Sauvages.


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 BUT I KNOW JUST WHAT YOU'RE RUNNIN' FROM. | LIBRE.

Aller en bas 
AuteurMessage
Black Hole
Cauchemar de la NASA
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1650
Age : 22
Nom : Marion
Clan : Shikaku | Glace | Crépuscule
Date d'inscription : 27/10/2010

Fiche Personnages
Points d'expérience:
290/400  (290/400)
Boutique et cadeaux:
Particularités de vos persos:

MessageSujet: BUT I KNOW JUST WHAT YOU'RE RUNNIN' FROM. | LIBRE.   Dim 11 Mai - 14:36


    « Comme des âmes en mal, nous implorons des dieux qui ne font rien d’autre sinon de s’amuser de nos ridicules existences qui, doucement, se noient et succombent. Je sais ce que tu fuis, et je m’en délecte déjà. Je sais ce que tu fuis …

    Les longues foulées de l’étalon étaient régulières et c’était avec assurance que ses sabots d’ardoise se posaient au sol avec ardeur, lui offrant un rebond des plus vifs et des plus généreux alors que flèche de ténèbres, l’animal était lancé, happé par cette course folle qui faisait battre son cœur plus vite, distillant à chacun de ses organes cette précieuse endomorphine qui parvenait à atténuer la douleur qu’il portait en lui. Comme un fou, le Démon vêtu de Nuit courait ces territoires qui n’étaient pas les siens, se moquant des mises en garde et des regards ébahis qui, le temps de quelques mètres, le suivaient, avant de se détacher de son corps musculeux aux multiples cicatrices et de le laisser libre. Prédateur en soiffe de coups, l’animal d’âge mûr s’était lancé dans une de ces innombrables parades, alternant cabrés ou ruades, folles envolées et sauts de cabri, freinages brusques et redémarrages explosifs. Mais pourquoi une telle démonstration en ces terres encore traumatisées ? Provoquait-il par plaisir ? Invoquait-il une âme connue déjà ? Non. Il se contentait seulement d’être et c’était par hasard qu’il s’était retrouvé ici.

    Les battements de son cœur ralentirent soudain, et ses yeux s’ouvrirent enfin sur la plaine d’Orage. C’était ici que les coups avaient résonné, c’était ici que les clans s’étaient affrontés, cherchant à venger la mort de … de ses enfants. Là était son mal ou sa muette douleur. Et comment s’en relèverait-il, lui qui semblait avoir retrouvé pourtant la fougue de ses six ans ? Hole portait comme des œillères, refusant encore d’accepter la brusque disparition de ses jumeaux. Parfois, il se comportait comme si rien n’avait encore changé, comme si, quand il entrerait sur les terres de Pépite d’Or, il retrouverait les grands yeux clairs de son fils tant aimé. Mais la vérité était toute autre, et au fond, il le savait.

    Douleur. Il savait bien, le bel étalon, que les corps de ses petits avaient été retrouvés sans vie, baignant dans une marre de sang. Quand il était arrivé, trop tard, Bliss vivait encore. Ses grands yeux noirs, si semblables aux siens, étaient plein de larmes, alors qu’ils en voulaient encore la terre entière. Et qu’avait-il eu d’elle ? Un dernier râle, rauque et douloureux, plein de souffrance, de peine, d’incompréhension et de détestation, et ces quelques mots qui lui restaient si précieux. Mais elle non plus, elle n’était pas partie. Du moins, pas pour lui.

    Le puissant mâle avait comme des hallucinations, et il lui arrivait parfois de surprendre la silhouette élégante et royale de sa fille dont la démarche avait été aussi fauve que mâle. Mais aurait-il pu en parler ? Il voyait encore sa fille, il sentait son odeur, surprenait son regard plein de colère. Pourtant, quand il allait enfin la rattraper, elle s’évanouissait en une seconde, se soustrayant éternellement à ses caresses comme à ses prières. Pourquoi Bliss, pourquoi tant de haine ? J’aimerai juste que tu saches un jour me pardonner.

    Immobile au milieu de la pleine, les naseaux dilatés et l’œil brillant, Black Hole était semblable à ces massives statues de bronze, toutes en armes, à l’exception prêt que lui était de jais, comme ces grands oiseaux qui annonçaient autrefois le courroux des cieux. Quelle âme aurait été assez folle pour le défier, pour rompre à l’invitation qu’il tendait pourtant :

    Invité, je sais ce que tu fuis, je sais d’où tu viens. Mais entre dans la danse et brise-toi contre moi. Invité, c’est toi que j’attendais ici, en ce jour et à cette heure.


_________________


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Héphaïstos
    Poulain

Poulain
avatar

Nombre de messages : 16
Date d'inscription : 11/05/2014

MessageSujet: Re: BUT I KNOW JUST WHAT YOU'RE RUNNIN' FROM. | LIBRE.   Lun 26 Mai - 12:25

« BUT I KNOW JUST WATH YOU'RE RUNNIN' FROM. »


J'arpentais les terres de nos ennemis, le clan de l'Ombre . On me demanderait peut-être de me battre ici  et il me fallait donc reconnaître vite fait les lieux . Quand les quelques vieux loups de la meute s'étaient opposé à cette petite "visite", pour la bonne raison qu'il me savait capable de faire n'importe quelle bêtise  même de me jeter en plein cœur du troupeau s'il m'y prenait l'envie  . "Rien qu'une petite visite . Je ne me ferais pas repérer . Puis je vous apprendrais le mouvement du gros du troupeau ." . À cette dernière phrase ils ont accepté, quelque peut à contre-cœur . Moi aussi d'ailleurs , il n'était pas du tout dans mes projets de m'approcher du troupeau . Mais puisqu'il le fallait ... . Les chevaux empestants du crottin et d'une odeur quelque peut particulière, je n'eus aucun de mal à les suivre à la trace .

Me trompant parfois quand le troupeau se séparait, je mis près de deux heures à arriver devant une plaine que le troupeau semblait contourner . *Sont-ils peureux au point d'avoir peur de ce qu'il pourrait trouver dans cette plaine ? Je comprendrai jamais ces foutus chevaux ...* J'entrepris de traverser la plaine pour rejoindre la piste plus loin . Soudain, un puissant hurlement me figea sur place . Ce hurlement était ... étrange . * Là, va falloir courir ... * . Ne cherchant pas à savoir de qui était ce hurlement et tenant à ma pauvre vie, je me mis à galoper, déployant toujours plus d'énergie . Regardant furtivement derrière moi, je remarque que deux énormes loups s'étaient mis à ma poursuite . Ils gagnaient un peu plus sur moi de secondes en seconde . Question de vie ou de mort , je forçai encore l'allure . Mes épaules commençaient à me brûler, sur le point de m'abandonner et une seule petite erreur à cette vitesse-là m’enlèverai une patte . Faisant le vide , oubliant l'immense douleur, je décidai de continuer à galoper . Jusqu'à ... la mort . Soudain, d'un coup d’œil, je remarquai deux autres "loups" à ma gauche . Puis deux autres à ma gauche . Ils se rapprochaient de moi . C'était foutu . Je commençai à ralentir lorsque j'avisai un rocher . Ne réfléchissant pas je m'appuyai sur mes postérieurs et m'élançai . J'atterris couché sur le rocher, mais j'avais réussi . Me levant, je les regardai tour à tour . Pas une once de peur se lisait sur leurs visages . Ils étaient prêt à tout pour me mettre en pièces . Prêt à me défendre , je cria :

-Allez ! Venez me tuer ! Venez !

J'hurla une dernière fois , puis attendit . Plusieurs minutes s'écoulèrent puis un "loup" se démarqua des autres et m'adressa la parole :

- Que viens tu faire sur la terre des Wolfs , petit loup ?

* Ce sont donc des Wolfs ... je me disais bien qu'il y avait quelque chose de bizarre : ce ne sont pas des loups . *

- Petit ?! Je pourrais vous tuer tous d'un seul coup de griffe !

Sur ces mots, ils montrèrent les dents et refermèrent le cercle sur moi . Je les sentais prêts à bondir . Bon, si je pouvais en tuer quelques-uns , je mourrais avec honneur au moins . De toute façon , qu'est-ce que la mort sinon une suite de la vie après le détachement de l'âme au corps ? Sur ces pensées, je me préparai à les recevoir en bonne et due forme . Un long hurlement déchira le silence et les Wolfs reculèrent . Ne comprenant ni leurs décisions ni le hurlement, je fus d'abord frustré de mourir lentement et m'apprêtai à les provoquer mais le Wolf de tout à l'heure me prit de cours :

- Bon . Notre alpha ne souhaite pas te tuer . Peut-être parce qu'à la base tu est de notre race . Une être inférieur mais de notre race quand même . On va te conduire hors d'ici .

Quelque peut soulagé , je descendit du rocher d'un bond puis me tourna de son côté :

- Ferme là et protège mes arrières .

Je me mis en marche , faisant bien attention à ce qu'aucun dès leurs ne s'approche trop de moi ou esquisse un mauvais geste . Nous arrivâmes enfin en bordure du territoire . Ils s'arrêtèrent et me laissèrent continuer seul . En guise d’au revoir, celui qui semblait être le chef du groupe me dit :

-Ne reviens pas par là sur le chemin du retour sinon tu me servira de repas .

Je suivis la piste du troupeau . Pendant un moment , le groupe me suivait encore, caché dans les bois que je traversais . Ils étaient facilement remarquable : grand et bruyants . Au bout d'une vingtaine de minutes ils firent demi-tour . À partir de là , je fis le chemin plus tranquillement . Plus aucun danger ni problème . La piste du troupeau se sépara . Par instinct , et aussi pour ne pas trop me rapprocher d'eux -je les sentais proche- je suivis les empreintes du cheval qui s'était éloigné . En y pensant, je mangerais bien de la bonne viande de cheval . Après tous ces efforts ... . Je débouchai enfin sur une grande plaine possédant une herbe épaisse, ondoyante, grasse, et un ciel plutôt voilé. Au centre , un étalon plutôt âgé immobile comme une statue . Prenant une peu de vitesse, je m'approchai de lui puis m'arrêta à cinq mètres de lui .


- Que fait un vieux cheval là , seul ?

Je m'arrêta un peut , laissant peser mes mots .

- A t'il une bonne viande ? Pas trop de muscle , j'espère . Ni trop de graisse . J'aime pas la graisse .
codage par Junnie sur apple-spring


[H-RP : Désolé si le début est un peut hors sujet mais j'avais pas trop d'inspi' alors fallait bien que je trouve quelque chose ^^ Puis comme tu sais j'étais pas vraiment de bonne humeur alors fallait que ce soit mouvementé x) ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Black Hole
Cauchemar de la NASA
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1650
Age : 22
Nom : Marion
Clan : Shikaku | Glace | Crépuscule
Date d'inscription : 27/10/2010

Fiche Personnages
Points d'expérience:
290/400  (290/400)
Boutique et cadeaux:
Particularités de vos persos:

MessageSujet: Re: BUT I KNOW JUST WHAT YOU'RE RUNNIN' FROM. | LIBRE.   Dim 8 Juin - 14:16


    « Mais c'était cruel qu'il se découvrait à nouveau, fauve en quête de sensations.

    Perdu dans cet univers en perpétuel changement, il semblait l'avoir attendu, comme si c'était à lui que sa colère s'adressait. Sans crainte aucune, l'inconnu s'adressa à lui comme s'il était en position de force, comme si leur combat était soldé d'avance. Un rire fauve et acide s'échappa de son corps alors qu'habile et farouche, il sortait de sa torpeur, s'approchant à grandes foulées de lui. Non, il n'avait pas peur d'un animal comme lui, encore moins de ces menaces qui sonnaient comme des refrains malades dans l'air lourd.

    « Veux-tu vraiment savoir ce qu'attend cet animal, jeune loup ? Que m'importe d'où tu viens, je sais ce que tu fuis. »

    Le sourire qui étirait les lèvres de velours de l'étalon était presque carnivore alors qu'habile, il rebondissait sur ses propres mots, poursuivant de sa voix suave et prédatrice :

    « Tu fuis les tiens, Petit Loup, et tu voudrais que je m'effraie de toi ? Tu ne sais pas qui je suis, tu ne sais pas le sang que charrie mes veines, le sang qui brûle chacun de mes organes. »

    Et de nouveau, l'animal démon changeait d'attitude, les muscles de son corps se bandant. Si Hole n'était plus l'étalon fringuant à peine arrivé sur ces terres, il n'en demeurait pas moins alerte et en forme : un des guerriers les plus en vogue de ces temps.

 
[Désolée du temps de réponse et du truc tout court >.< J'espère que tu vas bien ♥]

_________________


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: BUT I KNOW JUST WHAT YOU'RE RUNNIN' FROM. | LIBRE.   

Revenir en haut Aller en bas
 
BUT I KNOW JUST WHAT YOU'RE RUNNIN' FROM. | LIBRE.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» (F) ERIKA LINDER ? WHEN THE FOX HEARS THE RABBIT SCREAM HE COMES A-RUNNIN' BUT NOT TO HELP.
» Myrlande à la présidentielle de 2011
» Bilten #3 volim#2 Pe Janjis sot lan Sid pou kanpay Fanmi Lavalas.
» Mistè ti nèg: 3 lanmo sispèk nan Laboule
» Obama en chute libre ...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Wild Horses: La Terre des Chevaux Sauvages. :: Factions de l'Ombre - Ancien Clan de l'Ombre :: Les Plaines Cendrées :: La Plaine d'Orage-
Sauter vers: