Wild Horses: La Terre des Chevaux Sauvages.
Bonjour à vous!
Bienvenue sur le forum "Wild Horses, la Terre des Chevaux Sauvages", un JDR équin où vous pourrez incarner un ou plusieurs chevaux sauvages au sein de différents Clans, mais aussi des animaux de toute autre espèce, avec un maximum de 10 personnages par compte.

Si vous êtes inscrit, vous pouvez bien sûr vous connecter. Si vous ne l'êtes pas, n'hésitez pas à vous inscrire, nous serons heureux que vous nous rejoigniez!

En ce moment sur Wild Horses : le Grand Exil. Ferez-vous partie des intrépides voyageurs ?

Wild Horses: La Terre des Chevaux Sauvages.


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Les tréfonds du monde

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Liberty
Fondatrice sadique et fière de l'être
Rédactrice du Journal
Fondatrice sadique et fière de l'êtreRédactrice du Journal
avatar

Féminin
Nombre de messages : 8117
Age : 23
Nom : Liberty, Black, Sun Star, Odyssée. Moi c'est Chamallow^^
Clan : Black chef de l'Ombre - Liberty fondatrice des Etoiles - Sun Star chef associé et fondateur du Soleil - Shiki et Odyssée solitaires
Date d'inscription : 02/12/2006

Fiche Personnages
Points d'expérience:
257/400  (257/400)
Boutique et cadeaux:
Particularités de vos persos:

MessageSujet: Les tréfonds du monde    Ven 29 Juil - 16:13

Les mines. Immense dédale de galeries, tantôt noires, tantôt percées d'un jour radieux par le biais d'un trou de souris, d'une fissure, d'une fente voire d'une plaie béante dont les lèvres s'écartaient assez pour laisser passer un cheval. Immense dédale serpentant sous la mer comme un monstre de légende, en longs tunnels étouffants, mais dont les circonvolutions permettaient d'accéder à toutes les îles de ce bras de mer.
Pour peu qu'on connût le chemin.

Et Shiki ne connaissait pas la route qu'il cherchait.
Le jeune chef des Glaces était parti le nez au vent, saisi au réveil par un désir aussi soudain qu'impérieux : il voulait, il devait découvrir la Zone, le repère des Shikaku, accessible seulement par ces tunnels d'outre-tombe, dans l'espoir d'y retrouver son maître. Black Hole, l'étalon noir et trapu, aussi noble que dangereux, avait en effet disparu depuis bien des lunes et sans lui, l'héritier des terres les plus sauvages qui soient se trouvait bien seul...
Sans maître, sans modèle, il éprouvait une peur indigne du Thar qu'il était désormais. C'était l'angoisse du poulain abandonné, du petit qui redoute la disparition des êtres chers et s'estime incapable de cheminer seul. Shiki, lui, se savait apte à tracer sa route et même à la défendre bec et ongles. Mais entre ce que l'on sait et ce que l'on ressent...
Et il se sentait seul et abandonné.

Le sol, sous les sabots du bel étalon gris, devint soudain sableux et Shiki ralentit, puis prit le pas, goûtant ce spectacle impromptu : descendant courageusement par une petite trouée dans le basalte gris, une plante grimpante au nom inconnu et à l'odeur succulente déroulait ses vrilles, tour après tour, pour s'enfoncer dans le ventre de la terre. Curieux, l'étalon s'approcha et tendit sa tête sombre, presque noire, pour flairer l'objet. L'odeur, appétissante, l'incita paradoxalement à la prudence : Shiki n'était pas sans savoir que les plus belles fleurs portent les plus cruelles épines...
Alors, le jeune mâle rejeta la tête en arrière, ses crins noirs volant dans les airs comme un fouet, et volta, les muscles jouant sous sa robe lustrée et pommelée. Il reprit le trot et la poursuite de son but premier, songeur.

La lumière lui fit plisser les yeux, ses prunelles gris anthracite, accoutumée au pâle jour polaire, s'avérant incapables de supporter le brûlant soleil des plages. Quand l'étalon put rouvrir ses paupières, il constata qu'il se trouvait sur une terre connue. Très connue, et même trop.
Shiki se retourna d'un bond, et toisa l'immense arche, l'entrée principale de la caverne, qui le dominait. Si la roche aussi grise que lui avait su parler, le Thar aurait presque juré qu'elle lui aurait adressé un rire sarcastique. Comment ! Un jeune avait cru percer ses secrets, à elle, qui n'était pas née de la dernière marée ? Petit présomptueux ! Il était grand temps que les roches millénaires donnent une petite leçon à l'héritier d'une lignée séculaire...
Shiki, furibond, se cabra et boxa l'air de ses antérieurs chaussés de satin noir. Puis, retombant sur ses quatre pieds, il s'écria, la rage et la frustration dans la voix :

"Maudite caverne ! Maudit dédale ! Et maudits soient les Shikaku et leur goût du secret !"

Avant de coucher les oreilles en arrière et de s'apercevoir, avec honte, qu'un quidam inconnu avait assisté à son coup de colère. Shiki, pour la deuxième fois, pivota et fixa l'inconnu d'un air amène et impérieux tout à la fois, sa longue queue noire battant lentement ses jambes ombre et argent.

_________________
ABSENCE (ou présence rare) du 19/07 au 16/08.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://universbychamaska.wordpress.com/
Seren
    Poulain

Poulain
avatar

Nombre de messages : 9
Date d'inscription : 19/07/2016

MessageSujet: Re: Les tréfonds du monde    Mar 6 Sep - 1:31

D'un pas souple et léger la silhouette charnue se déplaçait silencieusement sur le sable fin en direction d'une arche majestueuse aperçue au loin. Derrière cette arche se trouvait un gouffre sombre, l'entrée d'un dédale de galeries tortueuses.
Les naseaux en l'air, la jeune jument humait l'air salin et frais du littoral, bientôt couvert d'humidité et de minéraux au fur et à mesure qu'elle approchait des labyrinthiques chemins souterrains. Très vite, le bruissement du sable sous ses sabots se transforma en un petit claquement de la chaussure noire sur la roche grise. Méfiante, elle prit le partit de repasser au pas et s'avancer prudemment sous l'arche de pierre se jetant au-dessus de sa tête. Elle s'arrêta un instant, papillonnant des paupières sous le contraste entre le coruscant soleil et la pénombre des mines.
Ce lieu lui était totalement inconnu et bien qu'elle soit en pleine découverte, elle ne voulait tenter le diable et se perdre dans les insidieuses veines ouvertes sous la mer. Des îles s'apercevaient au loin avec ne semblait-il aucun accès autre que la mer, peut-être que ces artères sous-marines y menaient mais à n'en rien savoir, Seren hésitait grandement à s'y plonger. Se retrouver dans l'ombre étouffante, claquemurée sous la terre, sous la roche, loin de l'air et du soleil, loin du refuge des grands espaces où s'enfuir. Son œil chaud s'habitua à l'ombre transpercée de rayons doucereux tombés du plafond clairsemé, et elle discerna un passage assez ouvert pour qu'un cheval puisse s'y glisser. Toutefois, l'insidieuse peur se frayait un chemin dans son ventre. Elle redoutait les endroits clos, elle redoutait de ne pouvoir s'enfuir et d'être de nouveau acculée de quelque manière que ce soit, ainsi, ce lieu ne lui disait rien qu'y vaille. Mais les odeurs. Les odeurs étaient là, par-dessus le sel et le minéral, par-dessus l'humidité ambiante. Les odeurs de chevaux, de multiples chevaux, ténues, juste des traces mais bien présentes. Ainsi devait-elle les suivre, s'y risquer ? Ou continuer son chemin sur les terres ouvertes au ciel ? Ce dilemme la maintenait plantée sur place, sous un soleil chaleureux qui illuminait sa robe grise en la parant d'argent sombre parsemé d'étoiles blanches. Le vent soufflait agréablement en cet endroit et balayait ses crins épars. Pourquoi se risquer à s'engager en ces mines ? Tout du moins s'y risquer seule, si elle pouvait se trouver en cet endroit calme et sécurisant. Toutefois, elle n'était pas une peureuse. Elle admettait souffrir d'un traumatisme mais la peur n'appartenait pas à sa nature. Elle n'était plus non plus une jeune pouliche effarouchée et effrayée d'un rien, elle était mûre, adulte et avait de l'expérience. Bien qu'elle n'ai jamais frayé avec les cavernes et autres joyeusetés, elle n'allait pas rester bien en sécurité sur la rive si elle avait une piste pour trouver ses semblables. Même si celle-ci la conduisait dans des kilomètres de galeries rocheuses plongées sous l'eau.

Elle osa un pied en avant, un pied posé dans le sombre tunnel qui l'appelait dans toute sa noirceur, un gouffre prêt à l'avaler et l'amener elle ne savait où. Un pied, puis un autre et enfin les quatre qui pénétrèrent en ce ténébreux endroit. Le clapotement de l'eau sur la roche effleura ses oreilles, ainsi que les gouttes qui s'enfuyaient du plafond au sol, le vent qui s'engouffrait dans les diverses brèches perçant le serpent de roche, ondulé et appesantit au sol.
La lumière perçait par intervalles irréguliers, tantôt aussi éclatante qu'un soleil d'été, tantôt aussi furtive qu'un voile de soleil couchant. Ses pas résonnaient à ses oreilles comme un mauvais présage, lui rappelant sa solitude et sa très probable erreur, comme si elle se conduisait d'elle-même au devant du jugement, vers la sentence. Les quatre temps de son pas mesuré et peu assuré, son souffle haché et court. Elle n'était pas rassurée, elle ne pouvait mentir et en dire autre chose. Cet endroit dégageait une ombrageuse impression de mal-être, une atmosphère malsaine et prégnante qui embaumait l'air, à tel point qu'elle faillit manque cette fragrance pourtant tant recherchée. Elle s'arrêta net, le silence s'installant petit à petit, les échos disparaissant dans les dédales lointains. Les naseaux grands ouverts, la respiration plus longue, plus profonde, les oreilles dressées et les muscles tendus, aux aguets. Il lui avait semblé sentir... Mais elle n'en était que peu sûre, cela avait été rapide, ténu... Se pourrait-il que ? Elle volta difficilement entre les parois rocheuses, recherchant cette senteur attrapée au vol. C'est dans son dos qu'elle la rattrapa, une odeur qui galopait librement dans l'air, elle la saisit, s'accrocha à ses crins et s'y agrippa avec l'énergie du désespoir. C'était cela, bien cela !
Retenant un retentissant hennissement, elle retourna sur ses pas d'une allure ferme et décidée. Elle remettait l'exploration à plus tard, voire l'annulait, si elle trouvait un congénère sans avoir à se perdre dans les mines... Elle gagnait tout.
Tout à sa joie, elle accéléra inconsciemment le pas et se retrouva, en bien moins de temps qu'il ne lui en avait fallut précédemment, sous l'arche et le soleil brûlant. Heureuse comme jamais, elle s'engouffra dans l'air frais, quittant les lugubres tunnels pour se retrouver à nouveau sur la plage. Elle s'acquitta de quelques pas avant de se stopper, seule. Tours et demi-tours l'agitèrent quelques instants avant que ne s'impose à son regard un jeune étalon gris pommelé à la robe luisante, fin et élancé. Elle s'arrêta, comme hypnotisée, folle de joie, le ventre tout retourné et la gorge soudainement sèche. Un autre cheval. Enfin.
Elle ignora l'attitude colérique dont il fit part, l'attitude peu engageante qu'il transparaissait, elle n'en avait que faire, elle avait trouvé un autre cheval. Lorsqu'il se calma – il injuriait le paysage tout de même- elle souffla doucement et pointa ses deux oreilles vers lui, attendant qu'il se rende compte de sa présence, ce qu'il ne manqua de faire. Seulement, si elle, elle était heureuse de le voir, lui ne semblait pas partager ceci, peut-être éprouvait-il de la honte, ou alors se trouvait-il furieux de la voir ici, ce lieu étant peut-être son territoire.

Relevant la tête, elle fixa sa prunelle brune dans l'anthracite adverse. Il était jeune, plus qu'elle, qu'avait-il avec son air impérieux de jeune chef ? Elle n'allait pas courber l'échine avec un simple regard sans avoir aucune explications.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Liberty
Fondatrice sadique et fière de l'être
Rédactrice du Journal
Fondatrice sadique et fière de l'êtreRédactrice du Journal
avatar

Féminin
Nombre de messages : 8117
Age : 23
Nom : Liberty, Black, Sun Star, Odyssée. Moi c'est Chamallow^^
Clan : Black chef de l'Ombre - Liberty fondatrice des Etoiles - Sun Star chef associé et fondateur du Soleil - Shiki et Odyssée solitaires
Date d'inscription : 02/12/2006

Fiche Personnages
Points d'expérience:
257/400  (257/400)
Boutique et cadeaux:
Particularités de vos persos:

MessageSujet: Re: Les tréfonds du monde    Mer 14 Sep - 17:25

L'inconnu semblait une inconnue. Sa silhouette, ronde et frêle à la fois, son ossature délicate, sa petite taille et l'éclat bien particulier de ses yeux, tout en elle annonçait une jument. Shiki évasa les naseaux et huma discrètement l'air, autant pour confirmer que pour compléter son hypothèse. Et oui, il avait bien vu : notre visiteuse sentait la femelle, et ne portait sur elle nulle odeur de Clan. Mille senteurs étrangères l'entouraient d'une aura de voyage, étrangère qu'elle était, et Shiki s'adoucit, presque honteux de sa colère.
Après tout, il n'en voulait qu'à lui-même et à son incapacité à trouver son chemin dans les mines, à sa quête avortée et à Black Hole pour sa disparition soudaine. La grisette qui le regardait, tout d'abord avec circonspection puis avec une sorte de défi dans l'attitude, n'était pour rien dans ce lamentable échec et cette errance pitoyable pour un fils des Thars.

Revenu de sa déception, Shiki détailla plus attentivement l'inconnue, refusant de courber la tête devant elle en premier lieu. Il laissa ses yeux gris sombre courir de la pointe de ses naseaux, larges et sains, à son front à peine convexe, sa tête de poney aux larges ganaches, son corps aussi râblé et fort que lui était élancé. La robe, soyeuse et grise, le pied, petit et bien formé, probablement sûr. La grisette se révélerait probablement une jument rustique et résistante, le genre à survivre à bien des voyages...et, puisqu'avec sa petite taille et son air de poney, son crin en bataille, elle lui rappelait sa grand-mère Stelmaria, Shiki lui adressa un regard plus amical en même temps qu'une petite pointe de mélancolie lui venait au coeur. Qu'il était difficile de se dire que la Maudite n'était plus, ni son père, ni plus rien de son sang sinon sa mère...
Le jeune étalon, confronté pour la toute première fois de sa vie à un deuil - et quel ! - comprenait laborieusement que les éternels absents ne le quitteraient jamais, que toujours il les retrouverait dans un éclat de rire, un oeil malicieux, une robe rouge et un bruit de galop. Séparés, divisés en mille petits détails, ils étaient là, en son entourage. Mais l'ensemble, plus jamais.

Revenu de ses sombres pensées, qui n'avaient duré que l'espace d'un instant, il décida que l'étrangère n'était pas un danger pour lui. Aussi, inclinant gracieusement la tête de côté, il roua l'encolure, laissa son crin noir et luisant, épais, retomber sur le col arqué. Ses muscles se développaient, plus globuleux depuis quelques mois, tandis qu'il s'avançait vers sa maturité d'étalon.
Avec une grâce de danseur née d'une longue habitude, Shiki ploya l'un de ses genoux gansés de soie noire en révérence, veillant toutefois à ne pas exposer sa nuque. Ainsi incliné, il prit la parole d'une voix chaleureuse, bien différente de son précédent coup de sang :

"Veuillez m'excuser pour cet éclat. Je n'ai pas su trouver mon chemin, mais vous n'en êtes nullement responsable.
Mon nom est Shiki, fils d'Aglow Star, petit-fils de Stelmaria, mais à qui ai-je l'honneur ?"


Dans le même mouvement, il se redressa pour toiser son interlocutrice à travers son long toupet corbeau, le regard à la fois inquisiteur et amical.

_________________
ABSENCE (ou présence rare) du 19/07 au 16/08.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://universbychamaska.wordpress.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les tréfonds du monde    

Revenir en haut Aller en bas
 
Les tréfonds du monde
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le monde du jeu 2010, 10-11-12 septembre
» Inauguration de la plus puissante turbine à gaz au monde
» Canada, le Pays le Plus Accueillant au Monde pour les Expatriés
» Décès d'Éval Manigat, père de la musique du monde québécoise
» La place d'Haïti dans le monde

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Wild Horses: La Terre des Chevaux Sauvages. :: Terres Libres :: Le Littoral :: Les Mines du Roy-
Sauter vers: